Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Super-Zouzou, Little Baby & Cie...

- Femme active. Maman débordée. Addict Slow life, Hygge, Minimalisme & Cie - Un mari. Deux garçons. -

Vide ton sac… de souvenirs ! L’école chez moi, c’était comment ?

 

 

Ces derniers jours, on n’entend parler QUE de la réforme du système scolaire. Des critiques, des avis négatifs, des demandes, des conseils…

Pour le moment, je ne me vois pas critiquer cette réforme, puisque je n’en connais que les grandes lignes…

 

Par contre, depuis 1988, lors de mon entrée en maternelle, je sais que de nombreuses réformes ont eu lieu, soi disant toujours pour le bien des enfants… Mais moi, de mes années scolaires, je n’ai QUE des bons souvenirs…

Pour vous, partage !

 

 

- De mon temps, l’entrée en maternelle pouvait avoir lieu n’importe quand. Néanmoins, nous y allions tous l’année de nos deux ans. Ainsi, lors de mon entrée en maternelle, j’avais 2 ans et 6 mois. Je n’y allais que le matin, comme les autres enfants nés en 1986.

Mais pour ça, il fallait que nous prenions un bus scolaire, la maternelle étant dans le village voisin. Et nous montions dans le bus sans appréhension. Nos parents nous laissaient sans s’inquiéter.

- Nous faisions 3 ans de maternelle (petite, moyenne et grande section). Mais comme nous commencions à 2 ans, pour ne pas avoir « un an d’avance facile », on retournait en « section enfantine » avant le CP, dans la classe des grands.

Ceux qui entraient en maternelle à 4 ans ne faisaient ainsi qu’un an de maternelle, pour entrer ensuite en section enfantine.

- Il n’y avait qu’une école de la section enfantine au CM2, séparée en 2 classes (Section enfantine – CP – CE1 et CE2 – CM1 – CM2). Cela nous permettait de suivre « les cours qu’on voulait ». Comme je travaillais vite, une fois mes travaux de classe « normaux achevés », j’avais le droit d’essayer les exercices de la classe au dessus.

Ainsi, j’ai eu un an d’avance… Du CM1, je suis allée directement en sixième, sans que cela ne nécessite des tonnes de papiers et rendez vous…

- Si une institutrice était absente, les parents ne rouspétaient pas après l’éducation nationale, son manque de remplaçants ou autre. Ils nous laissaient à l’école, et une instit assurait les 6 classes (en laissant les portes « d’entre deux classes » ouvertes.

- Les rythmes scolaires pouvaient changer : j’ai connu les semaines de 4 jours et demi (lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi matin), les semaines de 4 jours (où nous étions une école « test », donc les seuls à continuer à aller à l’école en juillet alors que tout le monde était en congés), les semaines avec activités sportives et culturelles obligatoires…

Et ça ne nous a pas traumatisé, bien au contraire ! Nous avons appris l’adaptation !

 

- Quand nous devions rencontrer d’autres écoles pour des tournois sportifs, nous y allions en vélos… Pas besoin de réunir des bus, chauffeurs, attestations… Des parents se portaient volontaires pour nous accompagner, nous enfourchions les vélos, plusieurs groupes, et hop !

- Quand il faisait fort beau et que les instits n’avaient pas « envie » de faire la classe, elles décidaient le matin de faire une sortie « classe nature » l’après midi…. Un coup de fil à l’éducation nationale, 2 ou 3 parents volontaires, et nous partions à la découverte des arbres, des nuages, des animaux… (Bon OK je ne suis pas devenue météorologiste ni naturopathe, mais c’était cool !).

- Quand il faisait froid et qu’il y avait de la neige, nous partions faire de la luge l’après midi, dans les mêmes conditions que précédemment.

 

- Nos instits, dès la maternelle, nous les appelions « Madame » et nous les vouvoyions… Pas de « Maîtresse tu », c’était interdit !

- Pendant la récré, chacun se respectait, et nous jouions tous ensembles : balle aux prisonniers, renard, traine traine mon balai… Personne ne pouvait être seul ! Le jeu du foulard ou autres dangerosités n’étaient pas dans nos cours d’école : les instits jouaient également à la balle avec nous !

- Pour faire du sport, c’était dans la cour, dans le pré derrière l’école ou dans la rue… Je me souviens encore de nos courses de relai dans les rues du village, à nous écarter si une voiture voulait passer… Pas besoin à l’époque de prévenir préfecture, police municipale ou autre… L’écoute et le respect des règles étaient ainsi appris, et respectés !

 

- Je me souviens qu’une des deux institutrices fumait pendant les récréations, assise sur le banc. Je me suis une fois brûlée sur sa cigarette en passant derrière… C’est moi qui ait été punie : on ne passe pas derrière le banc, c’est interdit ! (mes parents m’avaient re-punie ensuite).

- Nous avions des punitions, des fessées de temps en temps. Et nos parents ne s’en offusquaient pas (d’ailleurs, nous évitions de dire à nos parents si nous étions punis, histoire de ne pas l’être à nouveau…).

- Quand il y avait des goûters, on nous forçait à goûter à tout. Même si on n’aimait pas. (Après 2 vomis de lait-fraise de ma part, ils ont néanmoins compris que je n’aimais vraiment pas.)

- Lors de nos « classes vertes », il n’y avait pas de cuisiniers. Les mamans accompagnatrices préparaient des repas pour tout le monde, sans règles sanitaires ni contrôles. C’était bon, bon marché (s’il restait des petits pois du midi, nous mangions du potage aux petits pois le soir…) et agréable !

 

 

Je n’ai que 26 ans (bientôt 27), et pourtant, tout a tellement changé… On instaure des règles, on essaye de tester des choses, soit disant pour le bien des enfants.

Mais on a aujourd’hui des instits démotivés, des enfants à recadrer, des systèmes à la dérive, des parents en colère…

 

Pourquoi s’acharner sur le système scolaire ? L’école, telle qu’elle existe, ne forme t’elle pas des adultes aux bonnes conditions ?

Pourquoi vouloir réformer tous les 5 ans ?

Et parents, pourquoi TOUJOURS être contre ?

S’adapter est une des valeurs également importante à inculquer à nos enfants non ?

 

 

Et vous, c’était comment l’école chez vous ?

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Eniladlb

Mère de Super-Zouzou, heureuse, curieuse, pleine de vie, je présente sur ce blog ma fabuleuse vie de maman...
Voir le profil de Eniladlb sur le portail Overblog

Commenter cet article

sophie-mum 27/01/2013 16:34


tout a changer meme le nom des diplomes

Eniladlb 28/01/2013 09:38



Oui grave !


D'ailleurs ya plus d'instits mais des "professeurs des écoles"...


C'est pour ça que ma maman, qui était instit a pris sa retraite alors qu'elle aurait bien encore continué...